samedi 12 septembre 2015

No et moi


Auteur: Delphine de Vigan  
Titre: No et moi 
Genre: Contemporain  
Date de parution: Mars 2009
Edition: Le livre de poche 
Pages: 249  

Résumé: 

Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d'amour, observe les gens, collectionne les mots, multiplie les expériences domestiques et les théories fantaisistes. Jusqu'au jour où elle rencontre No, une jeune fille à peine plus âgée qu'elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigué, No dont la solitude et l'errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Mais nul n'est à l'abri...

Mon Avis:

Je découvre bien tard ce chef d'oeuvre. Je ne me souviens même plus comment il a atterrit dans ma PAL, mais il était là et c'est lui que ma main à choisi pour une nouvelle lecture, un peu hasardeuse. C'est un coup de poing que je me suis reçue à la lecture de ce livre. Le genre de lecture qu'on ne lâche plus, qui nous fait rater des arrêts de bus et manque de nous faire pleurer en public. J'avais oublié que des gens comme Delphine de Vigan ont le don de transformer les mots en des choses vivantes qui nous rampent dessus et nous prennent à la gorge.
L'histoire est simple un peu comme la vie. Simple et compliquée à la fois, pleine de bons moments comme de mauvais, des rencontres inoubliables et des coeurs brisés, des choses qui ne s'expliquent pas. Il est selon moi impossible de ne pas s'attacher à No et Lou, ces deux filles que tout sépare au début et que la vie rapproche jusqu'à nous faire penser qu'il serait inconcevable de les séparer tellement le lien est devenu fort. 
J'ai adoré suivre Lou, cette petite de treize ans un peu perdue dans un monde trop grand pour elle. Elle m'a énormément touchée, et sa sensibilité fait chaud au coeur, on se rend compte que parfois les enfants saisissent bien plus vite que les adultes la misère et le désespoir. 
Il m'est très difficile de mettre les mots justes sur cette histoire qui m'a tant bouleversée. Je ne fais pas souvent confiance aux romans contemporain, j'essaie un peu de fuir notre réalité, toujours en quête de plus fantastique, de plus merveilleux. Mais ce genre de retour à la réalité ne fais que du bien, nous fait remettre en question notre quotidien, nous fait ouvrir les yeux sur ce qui nous entoure et surtout nous empêche de nous perdre dans la désillusion. 
Je n'ai pas encore osé regarder le film, j'ai trop peur d'abîmer l'histoire et les souvenirs que j'en ai. 
Je m'excuse si cette chronique est un peu brouillon, mais il faut se faire mal pour réellement comprendre la douleur. Alors je vous invite, si ce n'est pas déjà fait, à vous lancer dans cette lecture! 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Chers Moldus, je vous informe que ce blog n'ouvre aucune Beuglante et vous rappelle que le Quiditch est un sport fort défoulant.